Les Maltfaiteurs : des bières marseillaises bio, artisanales, et originales

Chez les Maltfaiteurs, les bières sont infiltrées, crapuleuses, parfois même truandes. Derrière ces appellations intrigantes se cachent quatre amis marseillais bien décidés à casser les codes de la bière traditionnelle. Très engagés dans l’artisanat et le respect de l’environnement, ces brasseurs misent sur des goûts singuliers et originaux pour faire de leurs bières les plus grandes brigandes de la région.

Sylvain de Villèle, fondateur des Maltfaiteurs

Du garage … au local flambant neuf


L’aventure des Maltfaiteurs commence en 2018. Sylvain de Villèle quitte sa belle carrière dans le vin pour former son propre gang de brasseurs. Les débuts sont improvisés. “On a commencé à brasser par nous même dans un garage pour voiture du 13ème arrondissement de Marseille”. Pendant deux ans, Sylvain et son associé de l’époque brassent leurs propres bières à la main, et les ajustent à l’instinct. À l'abri des regards, ce laboratoire improvisé devient le repaire éphémère des “maltfrats”.

Le local flambant neuf des Maltfaiteurs

Aujourd’hui, l’entreprise a bien grandi. Désormais située dans le quartier Saint Pierre, la nouvelle brasserie allie modernité et authenticité. Les bidons de 20 litres ont laissé place à des fermenteurs de 100 litres ornés d’un gris argenté brillant de propreté. Pour les relier et faciliter la fermentation, du matériel de pointe a également fait son apparition.

À l’autre bout de la salle, deux grands tonneaux servant habituellement à la production de rhum contiennent des bières en préparation. Le fief s'agrandit, la bande aussi. Dorénavant, Sylvain est accompagné de Julien, ancien cuisinier, ainsi que de leurs amis d’enfance Arnaud et Daniel.


Un brasseur engagé : le choix du Bio face aux difficultés


Au-delà de l’amitié et de la passion de se retrouver autour d’un verre, guitare à la main, ce sont les valeurs du respect de l’environnement qui réunissent les quatre compères. “Les bières bio n’ont pas forcément un meilleur goût, et ne sont pas forcément meilleures pour la santé que les bières non bio. Mais la culture non bio appauvrit les sols, et les résidus de pesticides sont une catastrophe. Si l’environnement n’est pas en bonne santé, les gens non plus. Moi j’ai des enfants, je ne veux pas leur laisser une terre bousillée”.

Les Maltfrats se seraient-ils donc transformés en super-héros de l’environnement ? Peut-être, car en optant pour des produits issus à 100 % de l’agriculture biologique, les brasseurs font face à de nombreuses difficultés. La principale étant l’approvisionnement des houblons français issus de l’agriculture biologique, souvent en pénurie. Pour lutter contre ce phénomène, et préserver les labels, le ministère de l’agriculture propose une dérogation permettant aux agriculteurs d’utiliser ponctuellement des houblons non-bio. Pour les Maltfaiteurs, “utiliser ces dérogations serait un manque de cohérence avec les valeurs de notre entreprise.”.


Des bières originales, de la saveur… à l’appellation


Bières biologiques et artisanales marseillaises des Maltfaiteurs

Le gang des Maltfaiteurs comprend cinq brigandes permanentes aux compositions détonantes :

  • La Crapule est un membre historique de la bande. Elle cache sous sa robe blonde un léger goût de fumé idéal pour accompagner un fromage par exemple.

  • La Truande possède une artillerie bien ambrée de 6 malts différents qui lui donne un goût torréfié, biscuité et chocolaté.

  • La Cereal Killer est une bière rousse elle aussi très torréfiée, avec un côté fruit exotique apporté par le houblon cristal.

  • La Canaille casse également les codes. La fraîcheur de sa couleur blanche cache une explosion de saveurs d’agrumes provenant du poivre Timut qui l’accompagne.

  • Enfin, malgré son nom, l’Infiltrée s’est très bien intégrée. Plus consensuelle, elle reste une “Maltfaiteuse” dans l’âme par la présence du houblon et de céréales, qui lui donnent une rondeur en bouche très agréable.

Aux membres permanents s’ajoutent les bandits saisonniers :

  • La Dilliginger s’est échappée des États-Unis, où le FBI avait placardé son nom et sa photo dans tout le pays. Vous pourrez déguster cette bière blanche aux saveurs gingembre/citron l’été, très fraîche.

  • La Heisenbeer a été, selon la légende, élaborée dans un mystérieux laboratoire par un brasseur professeur de chimie stimulé par l’expérimentation. Cette double IPA très puissante et très aromatique se savoure toute l’année, sauf en hiver.

  • La Grappetout fait un clin d'œil au passé des gérants de la brasserie, puisqu’elle fermente avec du raisin, comme un vin, et rappelle des souvenirs d’enfance par sa référence au méchant Rapetout dans Picsou.

  • Enfin la Malt’Capone suscite admiration … ou crainte. Cette bière très torréfiée est bousculée par le côté épicé et herbacé de la cardamome qui lui apporte tout le peps dont elle a besoin.


Enfin, et c’est une exclusivité, toute la bande des Maltfaiteurs recherche le sixième membre de sa gamme principale, sans succès. Mais après plus de deux années de quête, ils l’ont retrouvé. Son nom : l’Évadée. Bien décidé à la réintégrer à l’équipe, cette nouvelle bière de blé, houblonnée à cru, sortira très prochainement.


Comment reconnaître une bonne bière ?


Vous l’aurez compris, les bières des Maltfaiteurs sont assurément de bonnes bières. Mais comment reconnaître une bonne bière ?

Sachez tout d’abord qu’à part les ouvrir et les goûter, il n’y a pas de recette miracle, ni d’indications sur les étiquettes qui pourraient réellement vous permettre de savoir si la bière correspond à vos attentes.

En revanche, choisir des productions locales, artisanales, et biologiques garantit le fait que l'artisan ait utilisé des vrais houblons, et non de l’extrait comme le font de grands groupes internationaux par exemple.

Aussi, la présence de la lie au fond de la bouteille peut être un indice de qualité. La lie correspond aux petites levures qui “tombent” au fond de la bouteille. En plus de développer des goûts différents, elle contient des probiotiques aux effets très bénéfiques sur la santé. En Belgique, la lie se boit même dans un petit shot, en complément du verre de bière. Ainsi, lorsque vous servez une bière, il est primordial de partager la lie, comme nous l’explique Sylvain : “Quand je sers une bière, je garde toujours la fin pour partager la lie justement entre les convives.”. Autre astuce : retourner, ou mélanger doucement la bière avant de la servir.


Toujours le sourire aux lèvres, les quatre amis marseillais n’ont pas fini de nous régaler. En prônant l’artisanat, l'agriculture biologique, la localité, et bien évidemment l’originalité, les Maltfaiteurs restent fidèles à eux-mêmes. “Le vrai dure, le faux ne dure pas”, voici le crédo des “maltfrats”.


Pour découvrir d'autres bières marseillaises, c'est par ici que ça se passe : https://www.cafi-social-club.fr/post/connaissez-vous-les-bières-marseillaises


Pour déguster les créations des Maltfaiteurs, rendez-vous au Cafi Shop, ou dans la centaine d’adresses qui les distribuent : https://www.lesmaltfaiteurs.com/partenaires

1 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout