La Confrérie bachique des Échansons du Roy René

La confrérie des échansons du Roy René a été créée en 1969 à Aix-en-Provence. Il s’agit d’une confrérie bachique. Mais qu’est-ce qu’une confrérie ? Qui plus est bachique ? Qui sont les Échansons ? Qui est le Roy René ? Si vous avez déjà toutes les réponses, rendez-vous au titre n°1, sinon, vous êtes au bon endroit pour tout comprendre ! Commençons par le commencement : une confrérie est une association de professionnels et d’amateurs laïcs. Le terme bachique vient nous aiguiller sur l’objet de l’association : le vin. En effet, le terme bachique vient de Bacchus : ancien nom du dieu romain du vin. Les échansons du Roy René sont, quant à eux, des officiers de la cour : la cour du Roy René où ils y servaient à boire et avaient en charge les vignes. Finalement, c’est par l’histoire de ce roi que la boucle est bouclée. Le Roy René avait de multiples casquettes : roi d’Anjou, de Sicile, de Naples, duc de Bar, duc consort de Lorraine… et il est aussi devenu comte de Provence au milieu du XV siècle et est d’ailleurs décédé en 1480 dans la ville d’Aix-en-Provence. Malgré tous ses titres dans diverses régions, ce roi a consacré beaucoup de son règne au développement du territoire de la Provence et a remis à l’honneur les vignes afin de développer l’économie provençale.






Un vin de meilleure qualité

Initialement, les vins du coteau aixois étaient médiocres à cause de leur faible degré en alcool et de leur goût. À cause de cela, les vignerons de la région ont décidé de planter à la place des anciens, de nouveaux cépages de vignes. Ce nouveau cépage a ainsi permis et permet encore aujourd’hui d’enrichir la qualité de la production de vin du cru aixois. Les terres du sud sont particulièrement intéressantes à un raisin sucré puisqu’elles sont exposées au soleil, ceci provoque une fermentation dans les cuves générant plus d’alcool.

Confrérie bachique comme moyen de faire connaître ce vin nouveau

Dès lors que le vin a vu accroître sa qualité dans les 80 domaines, il était important de le faire savoir auprès des consommateurs. C’est ainsi qu’en 1969, la confrérie bachique a vu le jour dans un lieu on ne peut plus propice : l’hôtel du Roy René à Aix-en-Provence. La démarche de la confrérie a consisté dans un premier temps à obtenir une Appellation d'Origine Contrôlée (A.O.C) devenue Indication Géographique Protégée (I.G.P) pour le domaine d’Aix. Cette appellation a permis de vendre ce vin bonifié, plus cher. L’objectif du Roy René résidait aussi dans la mise à l’honneur la vigne pour un motif économique. En effet, à son époque, la production de vin dans le sud n’existait plus. Pour le comprendre, il faut remonter à l’Antiquité. Cette période a été marquée par d’importantes guerres commerciales entre la Gaule et Rome. Les romains avaient mis en place de fortes taxes d’exportation du vin pour désinciter les gaulois à la production. Le Roy René et ses agents de maîtrise et cadres, les fameux échansons du roi ont donc œuvré à la réhabilitation de domaine viticole dans le sud.

Les activités principales de la confrérie



Outre l’intention de faire connaître le « nouveau » vin aixois, l’autre activité originelle de la confrérie est de promouvoir l’accord des mets et des vins. Pour cela, tous les ans depuis sa création, l’association organise de multiples rencontres, la fête de la Saint-Vincent le 22 janvier étant l’un des événements annuels principaux. Dans la cathédrale d’Aix-en-Provence se trouve la chapelle de la Vierge aux Raisins. Cette dernière est considérée par l’Église comme protectrice des viticulteurs du pays d’Aix-en-Provence. Autre personnage célébré ce jour, Childebert, fils de Clovis qui a, quant à lui, au VIe siècle introduit le culte de Saint-Vincent comme Saint patron des vignerons en France.

Pourquoi avoir choisi Saint-Vincent comme Saint patron ?

Deux possibilités d’interprétation. Une première expliquant que Saint-Vincent aurait subit un triste sort en rapport avec le milieu viticole puisqu’il aurait été torturé et exécuté sous un pressoir. Une seconde, beaucoup moins sombre arguant que lors d’une discussion entre des vignerons et Saint-Vincent, l’âne de ce dernier aurait mangé de jeunes pousses de vignes qui à l’avenir s’étaient montrées plus généreuses en raisins que les autres. L’âne de Saint-Vincent serait donc le créateur de l’expression : taille de vignes.

C’est ainsi que tous les ans, les échansons viennent dans la cathédrale vêtus de leur tenue lors de cette cérémonie afin de lui demander une bonne récolte pour l’année à venir.



<